• 25 octobre 2020 17 h 18 min

APDF

Association pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes

PRIX AOUA KEITA EDITION 2008

ByAPDF

Juil 11, 2020

Dans le cadre de la Journée Panafricaine de la Femme, APDF a organisé une remise de prix, le vendredi 8 Août 2008 au CICB.
Le prix a été initié en 1996 et porte le nom de la première femme parlementaire du Mali, Aoua Keita, elle-même symbole pour le combat féminine pour la reconnaissance des droits.
Ce prix récompense l’effort, le dévouement, et le courage des femmes et les hommes qui ne ménagent aucun effort pour la promotion et la défense des droits de la femme.

La cérémonie était présidée par la Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Maiga Sina Damba.
Il y avait aussi la présence de Mme l’Ambassadrice du Mali en Allemagne, Mme Fatoumata Siré Diakité, présidente de l’APDF, de la lauréate Me Soyata Maiga et du colonel Satigui Sidibé, lauréat de l’édition précédente.

En fait, Me Maiga, la lauréate du prix en 2008 est membre de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et surtout l’une des têtes de proue de la défense et de la promotion des droits des femmes maliennes.
Elle vient d’être distinguée à travers le prix Aoua Keita pour ces efforts multiples fournis en tant qu’avocate et experte des droits des femmes dans la rédaction de textes de lois, notamment le protocole de Maputo, et tout son dévouement pour l’accompagnement des dossiers de droits de femmes au niveau national.
A travers le discours de Mme Baye Kadiatou Keita secrétaire permanente à l’APDF, on apprend que le choix de Maître Soyata n’était pas du hasard, parce qu’elle est la battante de la cause des droits des femmes maliennes et africaines.

Au cours de cette cérémonie, l’APDF a également procédé à la remise symbolique des certificats des mariages par le Maire de la commune 3 aux quatre couples présent, dont l’APDF avait auparavant célébré dans les garnisons ; une quarantaine de couples militaires mariés depuis plusieurs années religieusement, s’est marié civilement.

Ceci est un pas vers la protection des droits de ces épouses militaires, car avec acte de mariage, elles auront désormais droit aux héritages et aux retraites en cas de décès de leur mari et à pleins d’autres bénéfices sociaux qu’offre l’Etat.

Translate »